Méthode Litournelle, la suite…

Litournelle 2Voici la suite de la méthode de lecture Litournelle, proposée chez Bordas.  Nous vous avions déjà parlé du tome 1, voici une rapide présentation du tome 2 du manuel de l’élève qui honore les promesses tenues… La présentation graphique est toujours aussi soignée, attirante et… pimpante!

Comme dans le premier tome, Litournelle regroupe des oeuvres de littérature de jeunesse originales, découpées en plusieurs épisodes, dont certaines, étaient déjà très appréciées au CP (« La petite poule qui voulait voir la mer ») et d’autres sont de vraies découvertes, comme « Le pinceau magique » de Françoise Jay et Zhong Jie, aux illustrations somptueuses.Capture d’écran 2014-08-24 à 14.38.30 Présents dans ce tome 2, également, une BD « Emile et Margot: Monstrueuses bêtises! », un documentaire « Mon encyclo de la mer » et une histoire plus classique, mais très adaptée: « Le prince peureux ».

Toujours comme dans le premier tome, la méthode allie littérature, compréhension (avec un très bon guidage pour le questionnement), étude du code (avec toujours ces fameux puzzles de syllabes et ces petits dessins pour chasser les sons, voir l’article précédent), grammaire, vocabulaire et production d’écrits. Ces trois derniers domaines montant en puissance au fur et à mesure de l’avancée de l’année.
Autant dire que la méthode mâche beaucoup un travail que l’enseignant aurait pu ou dû construire seul: la maillage lecture-compréhension/grammaire/vocabulaire/production d’écrits autour d’un même texte, comme le font souvent les manuels de cycle 3. Donc, si l’on apprécie les oeuvres proposées dans ce manuel, un vrai gain de temps.
Capture d’écran 2014-08-24 à 14.47.42Et pour ne rien gâcher, le guide du maître (à télécharger gratuitement, sur inscription), est une mine, notament par la proposition de répartition des séances qu’il propose pour chacun des épisodes de chaque histoire, les pistes de différenciation, la richesse et la diversité des séances proposées…

Bref, il faut aimer être très guidé, mais la méthode est tellement riche et ambitieuse que l’on peut très facilement y trouver son compte! Le point faible reste, à notre avis, l’étude du code, qui devra sans doute être sérieusement renforcé par d’autres séances plus systématiques d’apprentissage.
Et comme nous l’avions déjà conseillé, allez juger par vous-même sur le très riche et très généreux site dédié à la méthode, qui propose la plupart des manuels, guides du maître et cahiers d’activités en feuilletage ou en téléchargement.

 

Litournelle: une nouvelle méthode de lecture

Capture d’écran 2014-04-02 à 13.47.14J’ai reçu, il y a quelques semaines déjà, un spécimen d’une nouvelle méthode de lecture de chez Bordas (qui n’est pas avare en envoi de specimens!) intitulée Litournelle.

Dans le principe, une méthode dite mixte, qui combine étude de textes avec une attaque en global, et étude du code en parrallèle. Ceux qui connaissent Fabulire ou A l’école des Albums, de chez Retz , du même, ne seront pas dépaysés.
Plus clairement, on fait entrer les enfants dans la lecture par les textes et ici, il faut bien le dire, des textes d’albums de jeunesse de qualité pour ceux que je connais déjà en tout cas: 9 albums étudiés, répartis sur 5 périodes.
Chaque album est découpé en épisodes, ce qui suscite généralement l’intérêt des enfants pour connaître la suite et permet de reconstruire, régulièrement, le fil de l’histoire depuis le début. Les enfants vont donc être invités à lire, seuls, une partie de ces textes (ou tout le textes pour les enfants déjà lecteurs, par exemple), avec un gros travail autour du sens, de la compréhension, du vocabulaire. Avec évidemment aussi, un travail de mémorisation des mots et de lecture globale, au départ en tout cas, pour favoriser l’entrée dans le texte.Capture d’écran 2014-04-02 à 14.08.21

L’étude du code, quant à elle, est prévue après la lecture des textes ou, du moins, en parallèle, puisqu’elle s’appuie sur des mots rencontrés dans le texte. Rien de révolutionnaire de ce côté: découverte auditive, visuelle, assemblage et encodage. J’aime assez l’image des puzzles, utilisée pour « créer des syllabes », je la trouve assez parlante. La progression peut être discutable…

Et, intérêt non négligeable, la méthode propose à la fin de chaque épisode un travail sur l’étude de la langue, le vocabulaire et de la production d’écrits, en lien avec le texte, et ce, dès le premier épisode du premier texte. Là encore, en étude de la langue, la progression est très ambitieuse, je trouve et pas forcément très cohérente, mais c’est un avis personnel…

Le guide du maître, quant à lui, est très détaillé, et très guidant, ce qui est souvent rassurant en CP (téléchargeable sur le site de l’éditeur),

Capture d’écran 2014-04-02 à 14.16.30La méthode propose également un cahier d’activité (que l’on peut feuilleter en ligne, ainsi que le manuel, d’ailleurs, sur le site de l’éditeur). Dans ce cahier, j’aime assez le petit dessin à colorier, type « chasse au son » et les activités de compréhension à partir d’images. Elles permettent vraiment de se concentrer sur la compréhension, sans être bloqué par la lecture, surtout au début et surtout pour les enfants qui auront plus de difficultés à lire… Capture d’écran 2014-04-02 à 14.20.07

Je vous invité à vous faire votre propre idée, puisque Bordas  met tout à disposition sur son site!

A lire également, les articles sur les blogs de Sanléane, de Bon point et bonnet d’âne,

Comment présenter un livre à la classe

Présenter un livre à la classePetite fiche méthodo pour des élèves de CM: comment présenter un livre à la classe.

Mes élèves doivent choisir un livre, à piocher dans la bibliothèque et le présenter à la classe. Je leur donne donc cette petite fiche pour les aider à structurer leur présentation orale et leur éviter de se noyer dans d’interminables résumés.

Comment présenter un livre à la classe    (version PDF)

Comment présenter un livre à la classe (version modifiable word)